NOS PARTENAIRES

image 0image 1image 2image 3image 4image 5image 6image 7image 8image 9image 10image 11image 12image 13image 0image 1image 2image 3image 4image 5image 6image 7image 8image 9image 10image 11image 12image 13

Retrouvez-nous sur

Partager

LAURÉATS BRICO-FILMS

image 0image 1image 2image 3image 4image 5image 0image 1image 2image 3image 4image 5
Home ACTUALITE Festival international du concours courts métrages (clap ivoire 2008) : Fatoumata Sidibé offre au Mali le Grand Prix Kodjo Ebouclé
Festival international du concours courts métrages (clap ivoire 2008) : Fatoumata Sidibé offre au Mali le Grand Prix Kodjo Ebouclé PDF Imprimer Envoyer

Fatoumata Sidibé, une jeune cinéaste, vient d’offrir au Mali deux grands prix qu’elle a remportés lors de la huitième édition du festival international du concours des courts métrages vidéo destiné aux jeunes techniciens et réalisateurs de l’UEMOA,tenue du 2 au 6 septembre 2008 à Abidjan.

Son film documentaire de six minutes en version française intitulé «les pharmacies ambulantes» a remporté le Grand Prix dénommé «Prix Kodjo Ebouclé» d’une valeur de 2 millions de FCFA et celui du meilleur documentaire d’un million de FCFA.

Les jeunes  techniciens et réalisateurs de l’Union Economique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) étaient, du 2 au 6 septembre, en conclave à Abidjan pour la huitième édition du concours de courts métrages vidéo.

Le Mali était représenté à ce festival, qui est en train de connaître un engouement exceptionnel, par deux films. Il s’agit de «Les pharmacies ambulantes», un film documentaire de six minutes de Fatoumata Sidibé et un film de fiction de six minutes de Yoro Diakité intitulé «L’Africain».

Le film de Fatoumata Sidibé, qui n’est autre que la fille du grand réalisateur Boubacar Sidibé de l’ORTM et Nana Kadidia Toumagnon de BRICO Film, a été réalisé pour sensibiliser les populations sur la nécessité d’un changement de comportement. Tandis que celui de Yoro Diakité traite d’un thème d’actualité, l’unité et la paix. Ces deux films étaient en compétition avec d’autres dans les domaines de la fiction et du documentaire.

A l’issue de la délibération du jury composé des personnalités du cinéma et de l’audiovisuel, c’est le documentaire de Fatoumata Sidibé qui a remporté le Grand Prix Kodjo Ebouclé. Ce prix, doté d’une enveloppe de 2 millions de FCFA, récompense la meilleure œuvre de Clap Ivoire. En plus de cette récompense, Mademoiselle Sidibé a également raflé le prix du meilleur film documentaire doté d’un million FCFA. C’est dire qu’elle a offert deux prix à son pays. Ce qui est une première dans les annales du festival international de courts métrages «Clap Ivoire» puisque le Mali n’a jamais remporté le Grand Prix depuis sa participation. Et pourtant, ce film avait été rejeté par la commission nationale de sélection qui avait siégé au Centre National de la Cinématographie du Mali (CNCM).

Cette commission estimait que le film de Fatoumata Sidibé ne peut pas compétir à Clap Ivoire. C’est le réalisateur Boubacar Sidibé qui a déboursé 30 000 FCFA à DHL pour envoyer le film de sa fille à la commission d’organisation de Clap Ivoire. Qui l’a favorablement accepté. Voilà que ce film est lauréat du Grand Prix. C’est avec une grande fierté que l’ensemble des cinéastes du Mali a accueilli cette nouvelle. Les deux prix ont été présentés, le lundi 8 septembre 2008, au Directeur général du Centre National de la Cinématographie du Mali, Moussa Ouane, qui a félicité et encouragé la lauréate.

La jeune cinéaste, qui est sur les traces  de son réalisateur de père, dédie son prix à tout le peuple malien, à commencer par le Président de la République, Amadou Toumani Touré. S’agissant de son film, elle dira qu’il est «nécessaire d’éduquer la population sur le bon usage du médicament, car que vaut une nation sans des citoyens en bonne santé ? Et de mettre la santé au cœur de la politique nationale. «Quel avenir avec des populations malades ?» s’interroge-t-elle. Fatoumata Sidibé, en plus des dons en espèces, bénéficiera d’un encadrement et d’un suivi de la part des organisateurs.  

Selon le Coordinateur général du festival, Yao Norbert Etranny, Clap Ivoire vise à promouvoir les métiers du cinéma et de l’audiovisuel. Ce festival est piloté par le Centre National des Arts et de la Culture de Côte d’Ivoire.               
ABH

 

Source: L’INDEPENDANT DU 11-09-08

 
© 2012 BRICO-FILMS | Joomla Template by vonfio.de